Découvrir la Tunisie (autrefois)

En 1911, la Tunisie n’était pas à portée de vol.  Elle était pourtant déjà réputée des touristes même si ce n’était pas pour les mêmes raisons. Au tourisme culturel de Tunis, s’est substitué un tourisme basé sur les plages de Méditerranée et les magnifiques paysages de désert.

Sahara, Tunisie

En face de la Riviera, baignées par les mêmes flots, caressées par les mêmes brises bienfaisantes, l’Algérie et la Tunisie offrent au touriste et à l’hivernant des ressources inépuisables et, chaque année, plus appréciées… Aussi n’est-il pas étonnant que le nombre des touristes qui se décident au début de l’hiver, à franchir la mer soit en progression constante et rapide et que certaines villes algériennes [et tunisiennes] voient revenir ver elles, chaque année, dès novembre une clientèle fidèle et sans cesse accrue.

Tunis – Le double voisinage du désert et de la mer contribue à doter la Régence de Tunis d’un climat tout particulier. Chaud de juin à octobre, il est au contraire, d’une exceptionnelle douceur de novembre à mai. Aussi l’hiver tunisien peut-il rivaliser avec celui de n’importe laquelle des contrées du globe recherchées par les hiverneurs. La Régence offre, en outre, à la curiosité des touristes, une variété d’attraction tout à fait exceptionnelles.

La vieille ville de Tunis est restée aussi arabe qu’un quartier du Caire : elle laisse l’impression d’une grande capitale musulmane. Les ‘Soukhs’, quartier des marchands, ont une réputation universelle et qui n’est pas usurpée.

Les promenades de Tunis et les excursions dont la capitale peut-être le centre sont multiples et fort intéressantes.

Le Bardo et son palais, le Belvédère, Bizerte et son lac, Nabeul entouré de ses jardins d’orangers. Hammamet et sa vieille citadelle barbaresque posée sur le sable de la plage, Sousse entourée de ses immenses forêts d’oliviers, Kairouan, la Ville Sainte, avec ses célèbres mosquées, Mahdia dont les murailles pittoresques sont battues par le flot, Sfax et ses remparts, Gabès et ses oasis ; Tozeur, Djerba, l’île délicieuse, la Kroumiri si pittoresque, si verte, si ombragée et si incomparablement giboyeuse. Carthage, avec ses vastes ruines dont chaque année de fouilles augmente l’ampleur, etc…

Agenda PLM 1911

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *